Skip to content

Thylacine – ROADS – Vol. 1

Non, ce n’est pas de ce curieux mammifère marsupial dont je vais vous parler ici, mais bien de mon nouveau coup de coeur musical !

C’est, je crois, par pur hasard lors d’une recherche sur cette plateforme bien connue commençant par Spo- finissant par -tify que je me suis un beau jour retrouvée à écouter Thylacine. A l’époque, c’était son album « Transsiberian » qui m’avait transporté à des milliers de kilomètres sur les routes de Sibérie. Non contente de ma trouvaille, je me souviens encore l’avoir fait tourner en boucle, toujours en commençant par le premier titre de l’album « Introduction » qui n’a jamais manqué de m’expédier directement dans le hall d’une gare, prête pour un départ. 

C’était mon gros coup de coeur de l’époque, celui qui m’aidait à être de bonne humeur dans les transports, alors qu’on a tous tendance à maugréer dans nos barbes. Ici, je me retrouvais toujours en route, surtout pas pour ma vie quotidienne, dans ma petite ville habituelle, mais dans un pays lointain à l’aune de nouvelles découvertes.

Je me suis un peu intéressée à cet album, « Transsiberian », et j’ai découvert qu’il avait été composé sur les routes du Transsibérien, ce fameux train qui relie Moscou à Vladivostok sur plus de neuf mille kilomètres. J’ai également découvert, si mes souvenirs sont bons, que la pochette de l’album représente la ligne du chemin de fer et — avouons-le — j’ai trouvé l’idée « beaucoup trop stylée » !

Et puis les mois ont passé, et j’ai peu à peu mis cette expérience de côté, attendant de nouvelles musiques, de nouvelles sonorités pour voyager, ailleurs. 

Récemment, j’ai redécouvert Thylacine dans mon « Album de sortie » et c’est là que j’ai vu « ROADS – Vol. 1 ».  Alors oui, je pourrais — et peut-être même, je devrais — vous parler davantage de ce musicien et compositeur français, saxophoniste, de son vrai nom William Rezé ; vous raconter comment il en est venu à construire son nouveau studio dans une « caravane Airstream au look futuriste » pour transplaner jusqu’en Argentine, où il a pu développer son nouvel album ; ou de ses nombreux autres projets. Mais je ne suis là que pour vous inviter à en découvrir encore plus par vous-même, aiguiser votre curiosité, vous aiguillonner jusqu’à sa page YouTube où vous pourrez découvrir certains de ces beaux paysages auxquels il nous fait rêver en l’écoutant. 

Et pour conclure, j’aimerais vous donner quelques indications en espérant vous inspirer au maximum pour votre future écoute :

“ROADS – Vol. 1”

Juste alors que le train s’apprête à quitter le quai, que les portes se ferment et que le sifflement du chef de gare retentit, mettez vos écouteurs et lancez ‘Volver’. Regardez le paysage défiler au rythme de la musique. Entendez la douce complainte du saxophone, ressentez le pincement de mélancolie qui vous étreint à l’instant de votre départ. 

Les musiques défilent, comme les paysages. Voyagez plus loin en restant dans le même train.

En tout cas, moi, j’attends le « ROADS – Vol. 2 » avec impatience !

Site officiel : http://www.thylacinemusic.com

Lien IG : https://www.instagram.com/thylacine_music/

Lien FB : https://www.facebook.com/thylacine.w

Lien YB : https://www.youtube.com/channel/UCz0GJVTr8FrGAT4vElreSOw

Lien Bandcamp : https://thylacine.bandcamp.com