Skip to content

Go listen ! #4

Soft Machine – Fifth / Ideal J – O’riginal MC’s Sur Une Mission

Il y a, dans l’histoire de la musique, des albums qui servent de marqueur. Des albums qui ont permis de faire évoluer la musique et que l’on cite volontiers comme référence. C’est le cas de l’album Bitches Brew de Miles Davis. Sorti en 1970, il servira de base pour un nouveau sous-genre, le jazz fusion.

Miles Davis qui, après avoir déjà exploré différents styles, notamment le cool et le jazz modal, décide à la fin des années 60 d’essayer quelque chose de nouveau. Avec l’aide du producteur Teo Macero, il crée une œuvre hybride en puisant dans le rock et en se servant des progrès technologiques de plus en plus accessibles à cette période.

Miles s’entoure de musiciens talentueux, qui feront tous évoluer le jazz fusion durant la décennie 70. Joe Zawinul et Wayne Shorter formeront Weather Report, Chick Corea dirigera Return To Forever et John McLaughlin créera le Mahavishnu Orchestra.

Dans les années qui suivent, de nombreux autres groupes et artistes seront inspirés par cette nouvelle forme de jazz.

C’est le cas de Soft Machine. Groupe phare de la scène de Canterbury, dont la carrière débute dans les années 60, leurs deux premiers albums s’orientent davantage vers le rock progressif et psychédélique. C’est leur troisième album, sorti quelques mois seulement après Bitches Brew, qui leur fait prendre le virage « fusion ».

Leur cinquième album, Fifth, sorti en 1972 tend également vers ces sonorités. Parmi les sept morceaux composant le disque, c’est vers Drop que DJ Mehdi se penchera quelques années plus tard pour y piocher quelques notes de synthé.

Le sample démarre à 0:44 :

Sans fioriture, Mehdi ne rajoutera que le break de batterie de Long Red de Mountain pour terminer la prod. La boucle est parfaite.

Cette instru servira au morceau Uniquement Pour Les Miens, présent sur l’album O’riginal MC’s Sur Une Mission, premier album de Ideal J.

Le sample démarre à 0:00 :

Ce morceau est en fait davantage une interlude, puisque Kery James ne rappe pas, mais rend hommage à tous les proches du groupe et toutes les personnes qui les supportent.

L’album sort en 1996, à une période où apparaît la deuxième génération de rappeurs français (La Cliqua, le collectif Time Bomb, La Scred Connexion, etc), fortement influencée par le rap new-yorkais. On ressent cette influence dans l’album à travers les beats (dont la quasi-totalité est assurée par DJ Mehdi), très boom bap et l’utilisation de samples vocaux de Mobb Deep.

Bien que Ideal J soit actif depuis le début des années 90 (le groupe avait sorti le maxi La Vie Est Brutale en 1992 sous le nom Ideal Junior), cet album marque le véritable début du groupe ainsi que celui du collectif auquel il appartient, la Mafia K’1 Fry.

Réunion de talents, la Mafia comptait entre autres dans ses rangs le 113, Different Teep, Rohff, Karlito, Intouchable et donc, Ideal J. En l’espace de quelques années et plusieurs albums légendaires, le collectif a réussi via ses différentes personnalités à marquer durablement le rap français de son empreinte.

DJ Mehdi, qui assurait une bonne partie des productions du collectif, changea de direction à la fin des années 90 en s’orientant davantage vers la musique électronique, avant de signer chez Ed Banger, le label de Pedro Winter. Décédé tragiquement en 2011, Mehdi restera dans les mémoires comme ayant été l’architecte de grands disques et n’ayant jamais cessé de faire évoluer sa musique, toujours en essayant de faire la jonction entre ses deux styles de prédilection, le rap et la musique électronique.

A noter qu’après son départ de Soft Machine, le guitariste Daevid Allen formera en France le groupe Gong. En 1973, Gong sera rejoint par un percussionniste originaire de Colmar, Pierre Moerlen, qui dirigera même le groupe après le départ de Allen. Percussionniste de talent, il travaillera entre autre avec Mike Oldfield à plusieurs reprises.

A écouter également : Miles Davis – Bitches Brew (1970) ; Chick Corea – Return To Forever (1972) ; Weather Report – Heavy Weather (1977) ; The Mahavishnu Orchestra – The Inner Mounting Flame (1971) ; Pierre Moerlen’s Gong – Downwind (1979) ; 113 – Les Princes De La Ville (1999) ; Different Teep – La Rime Urbaine (1997) ; Karlito – Contenu Sous Pression (2001) ; Ideal J – Le Combat Continue (1998)