Skip to content

Différents exemples de pochettes « osées »

Pour un musicien, tout l’univers artistique compte. Bien que la musique reste le plus important, l’image a une place non négligeable, que ce soit au niveau du style vestimentaire, des clips, mais surtout au travers des pochettes. Une cover réussie participe à l’envie d’un auditeur d’écouter un disque.

Au fil des années, celles-ci ont évolué. Les artistes et les labels ont, de plus en plus, fait appel à des artistes spécialisés, avec une identité propre, pour créer leur pochette.

Que ce soit David Stone Martin avec ses illustrations pour des albums de jazz, Pen & Pixel et leurs pochettes kitsch iconiques, ou Roger Dean et son travail pour le groupe Yes, tous ont su apporter leur univers au service des artistes.

Pour se démarquer encore plus, certains artistes ont opté pour un registre différent, en faisant des pochettes plus sensuelles, voire érotiques.

Voici vingt-deux exemples de pochettes « osées » :

1/ Ohio Players – Honey (1975)

2/ D’Angelo – Voodoo (2000)

3/ Boney M. – Love For Sale (1977)

4/ Prince – Dirty Mind (1980)

5/ Funkadelic – Free Your Mind… And Your Ass Will Follow (1970)

6/ Pete Rock – Soul Survivor (1998)

7/ The Jimi Hendrix Experience – Electric Ladyland (1968)

8/ Serge Gainsbourg – Love On The Beat (1984)

9/ Jimmy McGriff – Groove Grease (1971)

10/ Trina – Da Baddest B***h (2000)

11/ Iggy Pop – New Values (1979)

12/ Dennis Coffey – Finger Lickin Good (1975)

13/ Ween – Chocolate And Cheese (1994)

14/ Leon Ware – Musical Massage (1976)

15/ Rick James – Throwin’ Down (1982)

16/ Ohio Players – Graduation (1984)

17/ Flash – In The Can (1972)

18/ Master P – The Ghettos Tryin’ To Kill Me! (1994)

19/ Spiders Webb – I Don’t Know What’s On Your Mind (1976)

20/ Prince – Lovesexy (1988)

21/ Jimmy McGriff – Soul Sugar (1970)

22/ O’Donel Levy – Everything I Do Gonna Be Funky (1974)