Skip to content

5 albums pour découvrir John Coltrane

John Coltrane est une légende du jazz. Il a révolutionné le style de jeu du saxophone et signé un nombre important de standards. Malgré une carrière relativement courte, il a influencé plusieurs générations de musiciens jusqu’à aujourd’hui en marquant de manière durable son empreinte sur cette musique.

Voici cinq albums pour découvrir John Coltrane.

Né en Caroline du Nord le 23 septembre 1926, John Coltrane grandit dans une famille très religieuse. Son grand-père est pasteur et son premier contact avec la musique se fait à travers les spiritiuals qu’il entend en accompagnant sa mère à l’église le dimanche.

Enfant plutôt discret, il débute la musique à la mort de son père. Il apprend dans un premier temps le saxhorn. Il pratique l’instrument en permanence et cherche continuellement à se perfectionner.

A travers la radio, il découvre les orchestres de jazz, ceux de Count Basie et Duke Ellington, et se découvre une passion pour le saxophone grâce à Lester Young, qui devient sa première idole.

Il déménage quelques temps après à Philadelphie, où la scène jazz est bouillonnante. Il y découvre le be-bop grâce à Charlie Parker et Dizzy Gillespie, c’est une révélation.

Sa mère lui achète alors son premier saxophone et il s’y consacre pleinement. Après avoir joué quelques années dans des orchestres ici et là, il intègre celui de Miles Davis en 1955. Sa carrière débute véritablement.

Il joue dans l’orchestre pendant plusieurs mois, mais Miles Davis est obligé de renvoyer Coltrane car ses addictions à l’héroïne et à l’alcool prennent trop de place. Ce renvoi lui fait l’effet d’un véritable électrochoc, il décide de remettre sa vie en ordre et de se sevrer totalement. Au même moment, il commence à s’intéresser à la religion et à la philosophie. Cette période va le transformer.

Il intègre par la suite l’orchestre du pianiste Thelonious Monk, qui lui permet d’enrichir énormément sa technique. Pendant les concerts au Five Spot à Greenwich Village, Monk n’hésite pas à laisser Coltrane faire des solos de plusieurs dizaines de minutes. Ce passage dans l’orchestre de Monk sera très formateur.

Après avoir été sideman sur plusieurs disques, notamment pour Art Blakey et Hank Mobley, Bob Weinstock, le patron du label Prestige, propose en 1957 à Coltrane un contrat pour sortir des disques sous son propre nom. L’album Coltrane sort quelques mois plus tard. Cette même année 1957, il se rend chez l’ingénieur du son Rudy Van Gelder et y enregistre ce qui deviendra l’album Blue Train.

1/ Blue Train (Blue Note, 1957)

Bien que sous contrat avec Prestige, le disque sort chez Blue Note. Il fait figure de premier véritable album, et sera sa seule sortie sur ce label.

Coltrane réintègre dans la foulée l’orchestre de Miles Davis, après que celui-ci l’ait vu jouer au Five Spot avec Monk et s’est rendu compte qu’il est réellement sevré. En 1958, il participe à l’album Kind Of Blue de Miles Davis, pierre angulaire du jazz modal.

Son contrat chez Prestige terminé, il signe sur le label Atlantic. En 1960, il sort son premier disque en tant que leader sur son nouveau label, Giant Steps.

2/ Giant Steps (Atlantic, 1960)

Le patron d’Atlantic, Ahmet Ertegun, laisse à Coltrane une grande liberté artistique. Il y signe toutes les compositions, dont certaines sont des références directes à ses proches (Cousin Mary ; Naima, sa première femme ; Syeeda’s Song Flute, sa belle fille). Le morceau éponyme, Giant Steps, deviendra un standard et servira aux générations suivantes de saxophonistes d’entraînement tant le morceau est complexe.

A la même période, il découvre un saxophoniste totalement novateur, Ornette Coleman. Il va permettre à Coltrane de se libérer davantage et d’explorer de nouvelles sonorités. Il crée alors son propre quartet, avec qui il part en tournée et enregistre en studio. En 1961 sort l’album My Favorite Things.

3/ My Favorite Things (Atlantic, 1961)

C’est la première fois que Coltrane joue du saxophone soprano. Le morceau titre sera très régulièrement joué sur scène, jusqu’à la fin de sa carrière.

Coltrane est de plus en plus influencé par toute la génération de musiciens free comme Albert Ayler, Pharoah Sanders ou Archie Shepp.

Son contrat avec Atlantic terminé, il signe sur le label Impulse ! et s’en suit une collaboration fructueuse avec Bob Thiele, le patron du label.

La musique de Coltrane surprend, et certains critiques ne sont pas tendres avec lui. Cela pousse le label à sortir des albums dans un registre plus classique, notamment Ballads et Duke Ellington & John Coltrane en 1963.

Coltrane pratique son saxophone en permanence. Il cherche à le maitriser totalement, à le connaître par cœur. Sa musique tend vers quelque chose de nouveau, elle semble plus spirituelle et chargée d’une grande densité religieuse. Cette nouvelle direction prise se concrétise par la sortie en 1965 de ce qui est certainement son plus grand album, A Love Supreme.

4/ A Love Supreme (Impulse !, 1965)

John Coltrane y flirte de plus en plus avec le free jazz. Son quartet, qu’il forme avec Elvin Jones, McCoy Tyner et Jimmy Garrison, et avec qui il joue depuis quatre ans se désagrège. La faute à une musique trop expérimentale, qu’il développera pendant les dernières années de sa vie.

Coltrane s’entoure de musiciens plus jeunes, et intègre le saxophoniste Pharoah Sanders dans son orchestre.

L’attrait de Coltrane pour l’avant-garde se manifeste par la sortie de l’album Ascension en 1966.

5/ Ascension (Impulse !, 1966)

On retrouve sur l’album plusieurs jeunes musiciens comme Archie Shepp, Freddie Hubbard, John Tchicai ou Marion Brown. La musique est en grande partie improvisée, et de cette façon repousse les limites du jazz.

Coltrane continue d’explorer le free jazz avec ardeur pendant l’année suivante. Il décède à 40 ans, le 17 juillet 1967.

Il restera l’un des plus grands jazzman et musicien de notre époque.

Lecture conseillée : John Coltrane, L’Amour Suprême ; Franck Médioni (Le Castor Astral, 2018)

Documentaire conseillé : Chasing Trane : The John Coltrane Documentary ; John Scheinfeld (2016) – Disponible sur Netflix